Playbook Paris: Retraites, le ton monte — Grosse journée chez Xi — Niche écolo, l’espoir Rousseau

Playbook Paris: Retraites, le ton monte — Grosse journée chez Xi — Niche écolo, l’espoir Rousseau
Опубликовано: Thursday, 06 April 2023 06:22

Le briefing politique essentiel du matin.




Par ANTHONY LATTIER


Avec ELISA BERTHOLOMEY


Envoyez vos infos | Abonnez-vous gratuitement | Voir dans le navigateur


Bonjour à toutes et à tous, très bon réveil, nous sommes jeudi 6 avril 2023. Le ton est monté d’un cran hier soir entre Emmanuel Macron et Laurent Berger. Sur BFMTV, le chef de la CFDT a appelé le président à “garder ses nerfs” et “à ne pas balancer des petites phrases”, en référence aux propos — rapportés à la mi-journée de Chine, où se trouve le chef de l’Etat — reprochant à la CFDT de n’avoir “pas proposé un autre projet” de réforme des retraites.


Pas la patate. Tout en appelant les Français à manifester ce jeudi pour la 11e journée de mobilisation, Laurent Berger s’est montré un brin défaitiste sur l’issue du bras de fer avec le gouvernement. “Peut-être qu’il n’y aura pas de porte de sortie et que cette loi sera promulguée et qu’elle s’appliquera”, a-t-il lâché.


Une heure de perdue. Car, comme attendu, les 55 minutes qu’ont passées ensemble hier matin Elisabeth Borne et les représentants de l’intersyndicale n’ont débouché sur rien, si ce n’est le constat d’une impasse durable. Les représentants des syndicats ont rereredemandé le retrait de la réforme des retraites, ce qu’a rererefusé la Première ministre, entraînant le départ de ses interlocuteurs.


Dieu merci ce sera vendredi. “Tout est un peu figé avant la décision du Conseil constitutionnel [le 14 avril, vendredi prochain]”, justifiait, après coup, un ministre important, au téléphone avec Playbook hier soir. “Pour nous, ça n’a aucun sens d’évoquer les pistes de sortie maintenant.”


DIPLO FOCUS


CHEZ XI. Pendant ce temps, Emmanuel Macron entamait aujourd’hui la journée la plus dense de sa visite d’Etat en Chine. Après des rencontres officielles le matin, le président sera accueilli par le président Xi Jinping au Grand Palais du Peuple de Pékin, avant une bilatérale entre les deux chefs d’Etat et la signature d’accords.


Mission difficile. La guerre en Ukraine est, comme prévu, au cœur des discussions. Auprès de la presse sur place, dont notre collègue Clea Caulcutt, Macron a voulu convaincre de la nécessité de ses efforts diplomatiques avec Pékin, en dépit du rapprochement à l’œuvre entre la Chine et la Russie. La France ne doit pas “être une de ses belles âmes qui ne parlent plus à personne”, a indiqué le chef de l’Etat à la mi-journée heure française, mais doit essayer de mener un dialogue sur l’Ukraine “avec humilité”.


Les points chauds. Plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis, craignent que la Chine ne livre, ou ne décide de livrer des armes à la Russie, ce qui pourrait changer radicalement la donne pour l’Ukraine. Macron s’est montré confiant, disant ne pas voir “de volonté affirmée” côté chinois de livrer des armes. Mais il a aussi laissé planer une menace en affirmant que “quiconque aiderait l’agresseur se mettrait dans une position de complicité d’infraction au droit international”.


Biélorussie. L’autre sujet important sur la table est la menace de la Russie d’installer des missiles nucléaires en Biélorussie. La Chine, qui s’est prononcée contre toute prolifération d’armes nucléaires, ne s’est pas encore exprimée à ce sujet. “Nous devons, nous pouvons réengager sur ce point”, a dit le chef de l’Etat.


Eco trip. Concernant le volet business du voyage, des annonces sont attendues ce matin, notamment par Airbus, d’après mon collègue Giorgio Leali. Lors de la visite de Xi Jinping en France, en 2019, Airbus avait vendu plus de 300 avions à la Chine. Plus de détails dans Paris Influence (pour nos abonnés).


EN CHAMBRE


NICHE ÉCOLO. Les Verts feront-ils niche sèche ? Les députés du groupe écologiste interrogés par votre infolettre hier ne se faisaient guère d’illusions sur le sort que devraient réserver la majorité et le reste de l’opposition aux propositions de lois qu’ils défendront toute la journée dans le cadre de leur journée parlementaire — même si la configuration de majorité relative peut réserver des surprises.


L’espoir Rousseau. La principale, voire seule chance de succès des verts réside dans le texte de Sandrine Rousseau qui propose de mieux indemniser les propriétaires de maisons fissurées en raison de la sécheresse, un phénomène que l’on appelle le “retrait-gonflement de l’argile”. “Dix millions de maisons individuelles” y sont “très exposées”, lit-on dans la proposition de loi.


Terre brûlée au vent du changement climatique. Rousseau veut notamment modifier les critères de reconnaissance de l’état de catastrophe afin que davantage de victimes soient indemnisées. Elle veut aussi obliger les assureurs à mieux prendre en compte ce phénomène. De tous les textes présentés par les écologistes, c’est le seul qui a été adopté lors de son passage en commission.


Alors, peut-être. Cette proposition devrait bénéficier de l’appui d’une partie de l’opposition (dont LR et LIOT). De son côté, le groupe Renaissance s’inquiète du coût des mesures annoncées et ne souhaite pas légiférer sur la fixation des critères de reconnaissance des arrêtés catastrophe naturelle. “Si nos amendements ne sont pas retenus, nous nous abstiendrons”, nous écrivait hier un député Renaissance.


Interdit d’interdire. Pour ce qui est des autres PPL — l’interdiction des jets privés, des publicités numériques et lumineuses dans l’espace public ou des nitrites dans la charcuterie — “elles se sont toutes fait dépecer par dogmatisme politique”, regrettait hier la députée Sandra Regol au bout du fil avec Playbook. La jugeant trop dénaturée, Delphine Batho a même retiré hier soir sa proposition de loi sur les publicités lumineuses. Aurélien Taché avait lui décidé de retirer son texte demandant un rapport “sur la menace terroriste d’extrême-droite”, la majorité voulant aussi examiner dans le même temps le risque terroriste venu de l’extrême-gauche.


On est lààà, on est plus lààà. A tout cela s’ajoute un problème de logistique : la désertion probable de l’hémicycle d’une partie des députés de la Nupes qui iront manifester cet après-midi…


RAPPELS À L’ORDRE. Le bureau de l’Assemblée nationale a tranché : pas moins de 76 députés vont être notifiés d’un rappel à l’ordre. L’autorité, dont sont membres la présidente Yaël Braun-Pivet, les vice-présidents, les secrétaires et les questeurs, en a décidé ainsi après plusieurs incidents ou faits jugés contraires au règlement et qui ont “dégrad[é] l’image de l’institution” lors de l’examen de la réforme des retraites, selon les termes d’un communiqué de la présidence de l’Assemblée.


Tumulte des mandats. La plupart des députés sanctionnés sont issus du groupe La France insoumise. Il leur est reproché d’avoir “occasionné un tumulte” en brandissant des pancartes lors du déclenchement du 49.3 le 16 mars. Autre récrimination, le fait d’avoir fait obstruction aux huissiers qui essayaient de ramener le calme.


On ne tweete pas. Sont aussi visés les députés qui ont rendu compte en direct sur les réseaux sociaux des échanges qui se déroulaient en commission mixte paritaire sur ce même texte des retraites. Motif : transgression des règles de publicité des travaux de la CMP.


Sur écoute. Enfin, quatre députés sont sanctionnés pour avoir porté des micros-cravates, enfreignant “les règles de communication avec l’extérieur depuis l’hémicycle” (contrairement aux mini-cravates, qui relèvent de la fashion police). Le LR Aurélien Pradié fait partie des fautifs : il était muni d’un micro dans le cadre d’un tournage pour un reportage télé, dont une séquence a hérissé les poils de ses collègues LR.


Courrier. Tous les députés recevront par ailleurs une lettre leur rappelant les règles. “C’est la dernière semonce”, nous expliquait un participant au bureau. “Si ça recommence, les sanctions seront systématiques et plus lourdes”. Le rappel à l’ordre dont écopent les 76 députés étant la sanction la plus basse.


PLAYBOOK EXPRESS


SAINTE-SOLINE. Auditionné hier à l’Assemblée et au Sénat, Gérald Darmanin n’a reconnu aucun manquement des forces de l’ordre lors des violences qui ont touché le pays fin mars. Pendant ce temps-là, la procédure de dissolution des Soulèvements de la Terre (SLT) souhaitée par le ministre de l’Intérieur suit son cours. Un document notifiant les griefs reprochés au groupement a été remis jeudi dernier en main propre à l’un des activistes, a appris notre collègue Antoine Comte.


RDV au tribunal. A Sainte-Soline contre la méga-bassine, en Ile-de-France ou à Pertuis dans le Vaucluse, la liste des actions jugées violentes par Beauvau est longue. Les SLT précisent à votre infolettre qu’ils rendront public la procédure “vraisemblablement vendredi” et annoncent qu’ils contesteront en référé la possible dissolution. Le décret de dissolution pourrait être pris en conseil des ministres “d’ici 15 jours environ”, d’après un conseiller ministériel.


UN RAPPORT TRÈS INTÉRESSEMENT. Une semaine avant son adoption par les députés spécialistes des Finances, le rapport de la mission d’information sur le partage de la valeur vous est livré sur un plateau par ma collègue Elisa Braun. Ce document est censé préparer le terrain pour une prochaine évolution législative sur la répartition des bénéfices dans les entreprises qui tournent bien. Les députés Louis Margueritte (Renaissance) et Eva Sas (Ecologiste) y travaillaient depuis décembre. Pour en savoir plus, cliquez ici (pour nos abonnés).


LE .GOUV DES BONNES CHOSES. Petite piqûre de rappel (pas douloureuse) pour conclure : Paris Influence, notre infolettre dédiée aux coulisses de l’influence et du travail législatif, est gratuite jusqu’à fin avril pour tous les titulaires d’un mail gouvernemental ou d’une institution publique. Pour vous inscrire, c’est par ici !


AUSSI À L’AGENDA


Emmanuel Macron est toujours en Chine. Il s’entretient à 9h45 (heure française) avec le président Xi Jinping. Après une cérémonie de signature d’accords et un point presse à 11h30, les deux chefs d’Etat s’entretiennent avec Ursula von der Leyen à 12h20. Le président dîne avec son homologue chinois à 13h30.


Elisabeth Borne s’entretient à 9h30 avec François Braun et Agnès Firmin Le Bodo. Elle reçoit Christophe Béchu à l’heure du goûter et enchaîne à 18 heures avec une réunion sur la santé dans les territoires en présence François Braun, Agnès Firmin Le Bodo et de parlementaires de la majorité.


Sylvie Retailleau s’entretient à 11 heures avec Frédéric Fleury, président de l’université Lyon 1 et Nathalie Dompnier, présidente de l’université Lyon 2. Stanislas Guerini reçoit à 16 heures Catherine Sueur, cheffe du service de l’Inspection générale des finances.


Carole Grandjean s’entretient à 10 heures avec Gilles Gateau, directeur général de l’association pour l’emploi des cadres et à 15h15 avec Jean-Noël Tronc, directeur général du CNED. Jean-Noël Barrot reçoit à 8h30 Alain Di Crescenzo, président de Chambre de Commerce et d’Industrie.


Assemblée nationale : en séance publique à 9 heures, 15 heures et 21h30, examen des propositions de loi de la niche du groupe écologiste. Propositions de loi visant mieux manger en soutenant les Français face à l’inflation et en favorisant l’accès à une alimentation saine, à mieux indemniser les dégâts sur les biens immobiliers causés par le retrait-gonflement de l’argile, à interdire les vols de jets privés, à protéger la jeunesse de la précarité par la solidarité intergénérationnelle, à garantir l’accès sûr et tranquille à la nature pour tous les Français.


La commission Défense auditionne à 9 heures Thierry Burkhard, chef d’état-major des Armées, à 11 heures Stéphane Mille, chef d’état-major de l’armée de l’Air et de l’Espace, et à 16 heures Stéphane Bouillon, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, et Vincent Strubel, directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information. La commission d’enquête relative aux ingérences étrangères auditionne à 15 heures Nathalie Loiseau, députée européenne.


Sénat : en séance publique à 10h30 et 14h30, première lecture d’une proposition de loi visant à revaloriser le statut de secrétaire de mairie, première lecture d’une proposition de loi relative à la maîtrise de l’organisation algorithmique du travail.


A 16 heures, première lecture d’une proposition de loi adoptée par l’Assemblée nationale visant à protéger le groupe EDF d’un démembrement, proposition de loi constitutionnelle visant à créer une loi de financement des collectivités territoriales. La commission des Affaires européennes auditionne Laurence Boone à 9 heures.


MATINALES


7h30. Public Sénat : François-Noël Buffet, sénateur LR du Rhône.


7h40. France 2 : François Ruffin, député LFI de la Somme … RTL : Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT … RMC : Julien Bayou, député EELV de Paris.


7h50. France Inter : Zahi Hawass et Bénédicte Lhoyer, ancien ministre égyptien du Tourisme et égyptologue.


8h00. Public Sénat : Patrick Kanner, président du groupe PS au Sénat.


8h15. Europe 1 : Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne … CNEWS : Robert Ménard, maire de Béziers … France 2 : Pascale Regnault-Dubois, directrice générale des CRS … Sud Radio : Stéphane Troussel, porte-parole du PS … Radio Classique : Laurent Nuñez, préfet de police de Paris … BFM Business : François Asselin, président de la CPME.


8h20. France Inter : Olivier Véran, porte-parole du gouvernement … RFI : Manon Aubry, eurodéputée LFI.


8h30. France Info : Marine Tondelier, secrétaire nationale d’EELV … BFMTV/RMC : Olivier Dussopt, ministre du Travail … LCI : Manuel Bompard, député LFI des Bouches-du-Rhône.


CARNET


AUJOURD’HUI DANS PARIS INFLUENCE : Il pose un lapin aux députés, qui ne comptent pas se laisser faire … Les patrons avec Macron cherchent la bonne fortune des Chinois … Valse des ambassadeurs avant migration estivale. C’est à 7h30 pour nos abonnés POLITICO Pro.


ANNIVERSAIRES : Charles Guené, sénateur LR de la Haute-Marne … Maud Gatel, députée MoDem de Paris … Graziella Melchior, députée Renaissance du Finistère … Catherine Pujol députée RN des Pyrénées-Orientales … Valérie Hayer, députée européenne Renaissance … Stéphane Fouks, communicant, vice-président de Havas … Hadrien Ghomi, député Renaissance de Seine-et-Marne … Pascal Lecamp, député MoDem de la Vienne.


Un grand merci à : Clea Caulcutt, Elisa Braun, Antoine Comte, Giorgio Leali, Jason Wiels, nos éditeurs Jules Darmanin et Pauline de Saint Remy, Martin Lagrave pour la veille et Grace Stranger pour la mise en ligne.


ABONNEZ-VOUS aux newsletters de POLITICO (en anglais): Brussels Playbook | London Playbook | London Playbook PM | Playbook Paris | POLITICO Confidential | Sunday Crunch | EU Influence | London Influence | Digital Bridge | China Direct | Berlin Bulletin | D.C. Playbook | D.C. Influence | Global Insider | POLITICO Pro newsletters