Playbook Paris: RDV à Matignon — Les bourses ou la vie — Chassaigne fait son numéro

Опубликовано: Wednesday, 29 March 2023 06:22

Présenté par Universcience




Par ELISA BERTHOLOMEY


Avec ANTHONY LATTIER


PRÉSENTÉ PAR


Universcience

Envoyez vos infos | Abonnez-vous gratuitement | Voir dans le navigateur


Bonjour à toutes et à tous, bon réveil, nous sommes mercredi 29 mars 2023. Vous avez toujours rêvé de lire notre petite sœur Paris Influence, infolettre quotidienne tout aussi savoureuse que Playbook mais réservée à nos abonnés ? Si vous êtes élu-e, fonctionnaire ou agent public, vous pouvez bénéficier depuis lundi d’un essai gratuit et recevoir tous les jours pendant un mois notre couverture dédiée aux coulisses de l’influence et du travail législatif. Seule condition : disposer d’une adresse mail professionnelle de votre institution et vous inscrire sur cette page.


VERS LE BOUT DU TUNNEL ?


RENDEZ-VOUS À MATIGNON. Après moult cafouillages hier, on sait désormais qu’Elisabeth Borne recevra l’intersyndicale en début de semaine prochaine. L’invitation a été lancée dans l’après-midi alors que s’achevait une journée de mobilisation moins suivie que jeudi dernier, sans être un flop complet. Invité de Quotidien hier soir, Laurent Berger, le patron de la CFDT — qui a dévoilé l’information avant qu’elle ne soit confirmée par Matignon — a répondu qu’il s’y rendra… Mais bien pour parler retraites, et non de tous les autres chantiers que l’exécutif veut mettre sur la table à la place.


La propale. Plus tôt dans la journée, sur France Inter, Berger avait proposé de “mettre en place une médiation” pour “regarder sur quoi il peut y avoir un compromis ou non”. Le leader syndical redemandait au passage de “mettre en suspens la réforme”.


Niet ! La proposition n’aura que peu vécue puisqu’à peine le conseil des ministres terminé, Olivier Véran y opposait une nette fin de non-recevoir. “On n’a pas forcément besoin de médiation pour se parler. On peut se parler directement”, a-t-il rétorqué. Une fermeté qui a surpris jusque dans les rangs de l’exécutif où l’on s’étonnait du ton “très sec” du porte-parole du gouvernement.


**Un message de Universcience: Découvrez les résultats du Baromètre de l’esprit critique 2023 d’Universcience (Établissement public du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie).**


Dans la nasse. “C’est une connerie, il aurait dû proposer autre chose et renvoyer la balle sur les syndicats”, analysait après coup un conseiller ministériel. Le même considérait qu’avec sa proposition, Berger avait tendu “un piège au gouvernement” en posant comme condition préalable de “mettre en suspens la réforme”. On a connu plus fourbe, comme piège, que la poursuite des revendications exprimées depuis des mois.


Le MoDem achète. La proposition de Berger avait pourtant trouvé un certain écho à l’Assemblée nationale où Jean-Paul Mattei, le patron du groupe MoDem affirmait vouloir “saisir cette main tendue”… avant de tempérer ses propos quelques heures plus tard.


Martinez à la montagne. Pas sûr que Philippe Martinez, le patron de la CGT sur le départ — qui a lui aussi demandé hier matin une suspension de la réforme dans la perspective d’une médiation — soit présent la semaine prochaine. On connaîtra à la fin de cette semaine le nom du (ou de la) camarade qui lui succèdera, à l’issue du congrès du syndicat à Clermont-Ferrand. Ce qui est certain, c’est que l’approche rouge velours du leader moustachu, qui se montre encore ouvert à la discussion aujourd’hui, ne fait pas l’unanimité au sein du syndicat. Son bilan fut désavoué hier par une courte majorité, et de nombreuses prises de paroles ont rejeté l’idée d’une médiation, optant pour une stratégie moins conciliante.


LES BOURSES OU LA VIE. La preuve que tout n’est pas à l’arrêt côté exécutif : Sylvie Retailleau présentera en début d’après-midi les premières mesures de la réforme des bourses, pour laquelle elle mène des consultations depuis octobre dernier. La ministre de l’Enseignement supérieur a été autorisée à monter au front alors que les membres du gouvernement ont été priés de limiter les déplacements et les prises de parole en cette période de colère sociale. C’est bien que l’exécutif a l’espoir de faire redescendre la pression alors que les jeunes sont de plus en plus nombreux dans les cortèges.


Les annonces. Le ministère mise sur le fait d’aider “plus d’étudiants à faire face à la précarité”, nous écrivait un conseiller hier dans la soirée. Le barème de revenu des parents sera donc rehaussé pour rendre le système accessible à plus de jeunes et les montants versés aux étudiants seront revalorisés. Grâce à ces deux mesures, le ministère espère réduire le nombre d’étudiants victimes des effets de seuil. Au total, 500 millions d’euros ont été budgétés pour financer ces mesures.


DANS LA MAJORITÉ


VOL DE PPL ? Alors que les groupes de la majorité présidentielle font tout pour montrer leur bonne entente, le groupe Horizons se fâche à nouveau. Les philippistes se courroucent au sujet d’une proposition de loi (PPL) en cours de rédaction du député Horizons Frédéric Valletoux. Le texte vise à faciliter l’installation et le maintien d’hôtels, de bars et de restaurants dans les campagnes. Mais le groupe accuse le ministère des Collectivités territoriales, dirigé par Dominique Faure, d’avoir “piqué” sa PPL pour la “balancer” au Sénat. Une proposition de loi sur ce même sujet a en effet été déposée le 21 mars par le RDPI, le groupe de François Patriat, soutien du chef de l’Etat.


Auberge espagnole. Interrogé par Playbook, un conseiller de la ministre Faure contestait hier cette présentation des faits. Il rappelait que d’autres députés que Valletoux avaient réfléchi à la revitalisation des “lieux de convivialité en milieu rural” (comme le député MoDem Richard Ramos qui avait lui aussi déposé sa PPL). Il assurait aussi que le texte présenté au Sénat était un “nouveau texte” qui avait été “retravaillé”. Le sénateur François Patriat, joint hier, confirmait que son groupe “avait travaillé en accord avec le gouvernement”.


Viens boire un p’tit coup. Par rapport au projet de texte de Valletoux, consulté par Playbook, la rédaction des articles de la PPL du Sénat est légèrement différente. Elle intègre une mesure supplémentaire pour créer de nouvelles licences IV dans les petites communes — car figurez-vous qu’il est impossible de créer ex nihilo de nouvelles licences de débit de boisson.


Droits d’auteur. En revanche, votre infolettre a bien constaté que l’exposé des motifs (la partie qui explique les objectifs de la proposition de loi) reprenait pratiquement mot pour mot celle rédigée par Valletoux. “Ils n’ont même pas changé une virgule ! C’est du jamais vu de la part d’un cabinet”, enrageait hier le député Horizons. De son côté, Patriat temporisait : “Dans la période, il vaut mieux la jouer groupir au sein de la majorité”.


COURRIER DES LECTEURS. Aurore Bergé n’en démord pas : si, si, elle avait bien interrogé, juste avant de s’exprimer sur France Inter dimanche 20 mars, les présidents des groupes MoDem et Horizons, Jean-Paul Mattei et Laurent Marcangeli, pour savoir “s’ils étaient d’accord” qu’elle demande à accélérer sur le sujet du partage de la valeur. Et ils l’étaient ! C’est en tout cas ce que nous a certifié la cheffe de file des députés Renaissance, hier matin, après avoir découvert que nous évoquions dans notre édition du jour le courrier furibard que ses deux homologues lui avaient adressé à ce sujet.


Parole contre parole. Sauf que dans la lettre — que nous avons pu consulter — les présidents des deux partis alliés de Renaissance alertent précisément Bergé sur la question du partage de la valeur en ces termes : “il nous paraît raisonnable de ne pas nous précipiter quant au véhicule législatif qu’il conviendra de privilégier”. Et d’enfoncer le clou en demandant que la décision soit prise “en lien avec le gouvernement et les organisations syndicales et patronales”, qui ont signé un accord interprofessionnel sur cette question.


Pour mémoire : fin février, lors d’une convention sur le partage de la valeur, la Première ministre avait fait part de son intention de reprendre l’accord en question.




EN CHAMBRE


ET LA PPL MCKINSEY ? Le sort de la proposition de loi pour réguler l’intervention des cabinets de conseil a donné lieu à une passe d’armes entre majorité et oppositions, lors de la conférence des présidents qui s’est tenue hier à l’Assemblée nationale. Furieux que la commission des lois ne se précipite pas pour inscrire l’examen de cette PPL communiste — et votée au Sénat — à l’agenda, André Chassaigne, le président du groupe GDR, a saisi l’occasion pour remettre en cause les semaines de niche transpartisane, une initiative de Yaël Braun-Pivet.


La majo est mino. Soutenu par les sept groupes d’opposition, Chassaigne s’est notamment plaint du fait que deux-tiers de la semaine soit dévolus à Renaissance alors que le groupe est minoritaire dans l’hémicycle. Il a aussi réclamé plus de temps pour des textes réellement transpartisans. “Ils ont fait un numéro concerté et logique pour tenter de mettre la pression sur l’examen de la PPL sur les cabinets de conseil”, décryptait un participant joint par Playbook dans la soirée.


Sous-titres fournis par Playbook : si la commission des lois consent à examiner le texte, les oppositions ne remettront plus en cause le bébé de Braun-Pivet. Pour apaiser la grogne et tenter de gagner du temps, la présidente de l’Assemblée a suggéré aux groupes de faire de nouvelles propositions pour organiser au mieux ces niches, propositions qui seront examinées lors d’une prochaine conférence des présidents.


PÉTITION ANTI BRAV-M. La commission des lois de l’Assemblée doit désigner aujourd’hui un rapporteur chargé d’examiner la pétition pour la dissolution de la BRAV-M, dont le nombre de signataires dépasse ce matin les 165 000 signataires. La nomination d’un rapporteur est de droit lorsque la barre des 100 000 signatures est passée. La recevabilité de cette pétition sera examinée la semaine du 12 avril, a indiqué hier le président de la Commission des Lois, Sacha Houlié. Le rapporteur désigné peut soit proposer l’organisation d’un débat faisant l’objet d’un rapport parlementaire, soit classer la pétition.


En attendant, Sacha Houlié veut auditionner le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin la semaine prochaine, au sujet du maintien de l’ordre. Les agissements de la BRAV-M, la brigade de la répression de l’action violente motorisée, lors des récentes manifestations, sont décriés. L’enregistrement d’une interpellation émaillée de propos racistes et dégradants, diffusée le 24 mars par Loopsider et vue des millions de fois sur les réseaux sociaux, a probablement contribué au succès de la pétition déposée la veille par un militant de la Seine-Saint-Denis.


PLAYBOOK EXPRESS


OBSESSION. Le Rassemblement national a beau répéter qu’il ne se préoccupe plus d’Éric Zemmour, Playbook en a la preuve contraire. La simple évocation par votre infolettre hier de la convention électorale de Reconquête n’a pas manqué de faire réagir les cadres du RN que notre collègue Antoine Comte a eu au bout du fil. “Rassurez-moi, il y aura une séance de dédicaces pour vendre son bouquin ?”, a ironisé un proche de Marine Le Pen, quand d’autres ont comparé l’événement à “une kermesse” ou “une tentative désespérée de naufragés qui veulent sortir la tête de l’eau”.


** La Commission européenne dévoilera dans quelques semaines la révision de la législation pharmaceutique de l’Union européenne, la première depuis vingt ans . Et le remaniement s’annonce majeur. Vous souhaitez en savoir plus ? Connectez-vous le 25 avril à l’événement de POLITICO Live " Breaking barriers in innovation and access: can the pharma legislation do it all?". Inscrivez-vous dès maintenant ! **


AUSSI À L’AGENDA


Elisabeth Borne reçoit les chefs de parti de la majorité.


Olivier Dussopt s’entretient à 13 heures avec les garants des Assises du Travail. Clément Beaune présente à 11h30 les mesures du plan national pour mieux réguler les trottinettes électriques. Sylvie Retailleau présente le nouveau système de bourses pour les étudiants lors d’une conférence de presse à 14 heures. Roland Lescure inaugure à 11h30 le salon du made in France Première Vision à Paris. Olivia Grégoire rencontre à 16h30 Christelle Morançais, présidente du conseil régional des Pays de la Loire. Laurence Boone est en déplacement à Washington. Jean-Noël Barrot intervient à 17 heures lors du FD3 organisé par France digitale.


Assemblée nationale : En séance publique à 15 heures et 21h30, suite de la discussion de la proposition de loi visant à lutter contre le dumping social sur le transmanche, suite de la discussion de la proposition de loi visant à améliorer l’encadrement des centres de santé et discussion de l’examen de la proposition de loi sur la lutte contre les arnaques et les dérives des influenceurs sur les réseaux sociaux. La commission des finances auditionne à 9 heures Pierre Moscovici, président du conseil des prélèvements obligatoires. La commission des affaires étrangères auditionne à 9 heures Yann Hwang, représentant permanent de la France auprès de la Conférence du désarmement à Genève de 2018 à 2022. A 11 heures, audition à huis clos d’Étienne de Poncins, ambassadeur de France en Ukraine. La commission des lois examine à 9h30 la proposition de loi pour dresser un état des lieux de la menace terroriste d’extrême droite.


La commission d’enquête chargée de faire la lumière sur les dysfonctionnements au sein de l’administration pénitentiaire auditionne à 16 heures Christiane Taubira, ancienne garde des Sceaux.


Sénat : En séance publique à 15 heures, questions au gouvernement. La commission aménagement du territoire auditionne à 9 heures Éric Jeansannetas, président, et Vincent Delahaye, rapporteur de la commission d’enquête 2020 sur le contrôle des concessions autoroutières, Pierre Coppey, président de la société Vinci et Arnaud Quémard, directeur général de la SANEF.


PCF : “Avec vous sans tabou”, poursuite du tour de France de Fabien Roussel à Manosque dans les Alpes-de-Haute-Provence. ​​Reconquête : Eric Zemmour dédicace son dernier livre à Deauville.


MATINALES


7h20. RFI : Cyrielle Chatelain, présidente du groupe EELV à l’Assemblée nationale.


7h30. Public Sénat : Sonia de La Provôté, sénatrice UC du Calvados.


7h40. France 2 : François Bayrou, maire MoDem de Pau … RTL : Sébastien Chenu, député RN du Nord … RMC : Sabrina Agresti-Roubache, députée Renaissance des Bouches-du-Rhône.


7h50. France Inter : Roland Lescure, ministre de l’Industrie … France Info : Brice Hortefeux, ancien ministre de l’Intérieur.


8h00. Public Sénat : Franck Riester, ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement.


8h15. Europe 1 : Clément Beaune, ministre des Transports … CNEWS : Henri Guaino, ex-conseiller de Nicolas Sarkozy … France 2 : Dominique Tapie, pour son livre Bernard, la fureur de vivre Sud Radio : Aurélien Pradié, député LR du Lot … Radio Classique : Général Dominique Trinquand, expert militaire en géostratégie… BFM Business : Sébastien Petithuguenin, DG Paprec.


8h20. France Inter : Eric Fottorino, Hugo Travers et Cécile Dunouhaud, journalistes et professeure d’histoire-géographie.


8h30. France Info : Laurent Berger, secrétaire général CFDT … BFMTV/RMC : Alain Bauer, professeur au CNAM… LCI : Jordan Bardella, président du RN.


CARNET


AUJOURD’HUI DANS PARIS INFLUENCE : La HATVP scrute (de très près) les gros cabs de conseil … Fraude : le PNF met des noms sur les X … La PPL EDF réduite à une PPL boulangers ? C’est à 7h30 pour nos abonnés POLITICO Pro.


ANNIVERSAIRES : Rachid Temal, sénateur PS du Val-d’Oise … Julien Bargeton, sénateur RDPI de Paris … Jean-Marie Vanlerenberghe, sénateur UC du Pas-de-Calais … Martine Vassal, présidente LR de la métropole Aix-Marseille-Provence … Karl Olive, député Renaissance des Yvelines … Nicolas Florian, conseiller régional LR de Nouvelle-Aquitaine… Jean-Luc Chenut, président du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine.


Un grand merci à : Antoine Comte, nos éditeurs Jules Darmanin et Pauline de Saint Remy, Martin Lagrave pour la veille et Grace Stranger pour la mise en ligne.


**Un message de Universcience: Comment les Français voient-ils et pratiquent-ils les sciences ? Quels médias utilisent-ils pour s’informer ? Que pensent-ils de la crise climatique ? Font-ils plus confiance aux chercheurs, aux responsables politiques, aux responsables religieux ou aux influenceurs ? Pour se forger leur opinion, s’appuient-ils plutôt sur leurs intuitions ou sur l’avis d’autrui ? Afin de répondre à ces questions, Universcience vous présente la deuxième édition de son Baromètre de l’esprit critique, réalisé par OpinionWay. Cette année, retrouvez-y également les réponses de la population britannique et le comparatif entre les deux pays. #BaromètreEspritCritique**


ABONNEZ-VOUS aux newsletters de POLITICO (en anglais): Brussels Playbook | London Playbook | London Playbook PM | Playbook Paris | POLITICO Confidential | Sunday Crunch | EU Influence | London Influence | Digital Bridge | China Direct | Berlin Bulletin | D.C. Playbook | D.C. Influence | Global Insider | POLITICO Pro newsletters