Playbook Paris: Macron tacle Borne — PPL Influenceurs — Reconquête veut sa revanche

Playbook Paris: Macron tacle Borne — PPL Influenceurs — Reconquête veut sa revanche
Опубликовано: Tuesday, 28 March 2023 06:21

Présenté par Universcience




Par ELISA BERTHOLOMEY


Avec ANTHONY LATTIER


PRÉSENTÉ PAR


Universcience

Envoyez vos infos | Abonnez-vous gratuitement | Voir dans le navigateur


Bonjour à toutes et à tous, bon réveil, nous sommes mardi 28 mars 2023. Aujourd’hui se tient la dixième journée de manifestations contre la réforme des retraites. Une journée sous haute surveillance alors que le ministère de l’Intérieur s’attend à des “risques très importants de troubles à l’ordre public”. La situation de deux manifestants de Sainte-Soline, actuellement entre la vie et la mort, risque de tendre encore plus la situation.


Maintien de l’ordre. Pour l’occasion, un “dispositif de sécurité inédit” va être mis en place : 13 000 policiers et gendarmes sont mobilisés dont 5500 à Paris, a détaillé Gérald Darmanin lors d’une conférence de presse hier. Un schéma de maintien de l’ordre que le patron de Beauvau a eu l’occasion de présenter à Emmanuel Macron : il s’est entretenu en privé avec le chef de l’Etat à l’issue du déjeuner réunissant les ministres et les chefs de la majorité hier à l’Elysée.


RÉFORME DES RETRAITES


MACRON TACLE BORNE. C’est peu dire que la promesse d’Elisabeth Borne, qui a juré dimanche à l’AFP qu’elle ne se servirait de l’article 49.3 que pour les articles budgétaires, a déplu à l’Elysée — l’Opinion s’en fait l’écho ce matin, citant un conseiller du chef de l’Etat. Mais selon les informations recueillies par votre infolettre, Emmanuel Macron lui-même a fait savoir tout le mal qu’il pense de cette initiative, et sans détour. Interrogé en privé, le chef de l’Etat a jugé “stupide” la sortie de sa Première ministre, précisant que cette initiative “n’engage qu’elle”.


Entre les lignes. Le souhait de Borne de ne plus recourir au 49.3 “en dehors des textes financiers” a de fait été reçu au mieux avec surprise, au pire avec effroi. “C’est comme si elle disait : ‘j’arrête la cocaïne’. Si c’est toxique, il ne fallait pas s’y mettre !”, grinçait un ancien conseiller de l’Elysée joint par Playbook hier, pour qui cette maladresse de communication est le signe d’un “immense bordel”.


**Un message de Universcience: Découvrez les résultats du Baromètre de l’esprit critique 2023 d’Universcience (Établissement public du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie).**


LE RETOUR DE JUPITER. S’il a chargé sa Première ministre de mener des consultations pour définir un nouveau “programme de gouvernement”, Emmanuel Macron semble décidé à prendre lui-même les choses en main pour sortir de la crise. Pendant que Borne enchaînait les rendez-vous avec ostentation, une réunion “stratégique” bien plus discrète avait lieu hier soir au Palais entre le président et son cabinet, a appris Playbook de diverses sources élyséennes — certaines jurant leurs grands dieux qu’il s’agissait d’une banale réunion “d’agenda”.


Réchauffement. Plus tôt dans la journée, l’entourage du chef de l’Etat s’attelait à relayer quelques messages sur son état d’esprit. “Il faut continuer à tendre la main aux forces syndicales”, a ainsi déclaré le président lors d’un déjeuner avec les ministres et les cadres de la majorité — une phrase qui rentre tout pile dans les bandeaux de chaîne d’info. Son bras droit, Alexis Kohler, avait en outre téléphoné à Laurent Berger en fin de semaine dernière.


Faire un pas. D’après un autre ex du Palais consulté hier soir par votre infolettre, deux lignes s’affrontent autour de Macron : d’un côté, ceux qui plaident en faveur de la recherche d’un compromis avec les syndicats. C’est le cas de l’ex-conseiller spécial Philippe Grangeon. S’il se défend d’être sorti de sa réserve pour donner des conseils au chef de l’Etat, il aurait tout de même suggéré en interne de trouver un accord sur l’âge de départ en le ramenant à 63 ans. De l’autre, ceux qui poussent Emmanuel Macron à rester “inflexible”.


Tout doux, Doudou. Dans le viseur des premiers, notamment : Édouard Philippe. “Il ne faut pas revenir en arrière”, a-t-il déclaré hier sur le plateau de Quotidien. Si l’ancien Premier ministre ne prend pas le risque — comme il a pu le faire auparavant — de pousser pour un report de l’âge de départ à 65, 66 ou 67 ans, il rappelle qu’il s’agit de “l’âge légal de départ en Allemagne, Italie et Espagne”. Bien au-delà de 63 ou 64 ans donc — même si, d’après l’OCDE, la France se situe autour de la moyenne européenne lorsqu’il s’agit de l’âge effectif de départ à la retraite.


EN CHAMBRE


PPL INFLUENCEURS EN SÉANCE. Co-signée par le député apparenté Renaissance Stéphane Vojetta et le socialiste Arthur Delaporte, la proposition de loi pour lutter contre les arnaques et les dérives des influenceurs sur les réseaux sociaux est examinée à partir d’aujourd’hui à l’Assemblée. Le texte, adopté à l’unanimité en commission, propose une définition juridique des influenceurs et de leurs agences, et vise à définir les produits et les services pouvant être promus sur les réseaux.


Bruno décrypte. Flanqué des deux rapporteurs, Bruno Le Maire a annoncé vendredi en grande pompe les mesures souhaitées par Bercy lors d’une conférence de presse au ministère. L’occasion pour lui de vanter, sans sous-entendu aucun, le travail transpartisan mené ces derniers mois entre son ministère et deux députés venus de bords politiques différents. Il y voit un “signe de maturité démocratique”. Dans la foulée, BLM a assuré le SAV des annonces à coups de vidéos au format vertical sur Brut ou Konbini.


De l’eau dans son Evin. La proposition de loi fait toutefois l’objet de frictions sur le fond entre les députés et Bercy. Le gouvernement veut adoucir des mesures d’encadrement initialement prévues par le texte d’origine. Exemple : le ministère veut que les règles en vigueur dans les médias traditionnels en matière de publicité liées au tabac, à l’alcool ou aux actes de santé soient les mêmes pour les influenceurs, tandis qu’Arthur Delaporte voudrait aller plus loin dans les interdictions.


Vils brequins. Sur les autres bancs, des députés écologistes demandent carrément l’interdiction de promotion de tout produit ou service allant à l’encontre des objectifs de l’Accord de Paris, ce qui comprend les voyages, les voitures et la fast fashion. Les élus LIOT veulent eux interdire “strictement” la publicité par des influenceurs de produits “trop gras, trop sucrés, trop salés, sur les réseaux sociaux et les plateformes en ligne”.


LETTRE À BERGÉ. Mercredi dernier, les présidents des groupes MoDem et Horizons, Jean-Paul Mattei et Laurent Marcangeli, ont adressé une missive à leur homologue de Renaissance, Aurore Bergé, a appris votre infolettre. Un courrier ronchon, envoyé quelques heures à peine après l’appel d’Emmanuel Macron, au jité de 13 heures, à plus “d’apaisement et de co-construction de l’agenda parlementaire” au sein de la majorité présidentielle. Les deux compères reprochent — de nouveau — à Bergé de faire cavalier seul et de “prendre des décisions à l’emporte-pièce”, rapportait hier à Playbook un élu MoDem.


L’objet du courroux : l’annonce par la patronne du groupe Renaissance, quelques jours plus tôt sur France Inter, du dépôt d’une proposition de loi (PPL) sur le sujet ô combien stratégique du “partage de la valeur”, découverte en direct par le MoDem et Horizons. Inutile de préciser que les deux alliés n’ont que moyennement apprécié la méthode…


Ce n’est pas tout. Un autre point de crispation a vu le jour sur une PPL signée EELV, proposant l’interdiction de la publicité lumineuse. Elle sera présentée dans la niche du groupe écolo le 6 avril prochain. Renaissance voudrait “la shooter” — en bon franglais — au grand dam du MoDem et d’Horizons, tous deux disposés à l’amender et l’enrichir. “On parle de nouvelle méthode… Ça serait bien que chacun y mette un peu du sien”, grognait-on hier côté bayrouiste.


Fermez le ban. Pas de quoi rouvrir un front pour Renaissance. “On est tous les trois dans une position d’équilibre, on compose et on est d’accord 95% du temps”, nous écrivait Aurore Bergé via Telegram hier soir, renvoyant cet événement à “la vie des groupes”. “Comme dans toutes les familles, on peut parfois s’engueuler mais avoir envie de continuer ensemble”, insistait-elle encore.




VIE DES PARTIS


RÊVE DE REVANCHE. Si, si, c’est promis, les lieutenants d’Eric Zemmour ne pensent pas qu’aux européennes (et à leur scrutin à la proportionnelle)… Pour preuve : Reconquête organise “une convention électorale”, le 15 avril prochain, dans un hôtel parisien du 15e arrondissement, a appris notre collègue Antoine Comte.


Deux objectifs sont affichés pour cette journée, censée rassembler environ 400 cadres et élus locaux zemmouristes. Petit un : être prêts à repartir en campagne en cas de dissolution. Petit deux : préparer dans le même temps les élections municipales de 2026.


Le retour de Maréchal. Selon Nicolas Bay, vice-président du parti, “plus de 80%” des 550 candidats de Reconquête en 2022 — dont pas un n’a été élu — seraient reconduits dans le cas de législatives anticipées. Parmi les 20% de petits nouveaux à prévoir, comme elle l’a confirmé à Antoine : Marion Maréchal.


À la carte. Concernant les élections municipales, l’ex-LR Guillaume Peltier présentera une cartographie des villes “gagnables”, selon lui. Versailles, les 16e et 17e arrondissements de Paris, Nice et Cannes sont dans la short list. “Contrairement au RN et maintenant aux LR, nous sommes bons dans les grandes villes”, se réjouissait hier un cadre zemmouriste, espérant l’élection d’un maximum de conseillers municipaux et métropolitains.


PLAYBOOK EXPRESS


DOCTEUR QUI ? Les anglophiles parmi vous, toujours prêts à grignoter un scone devant une série de la BBC, vont peut-être devoir se mettre au polar suédois. Voilà la conclusion possible — bien que quelque peu dramatisée — d’un projet de proposition de la Commission européenne révélé par notre collègue Mathieu Pollet.


Télé Brexit. L’exécutif bruxellois pourrait ainsi enlever le Royaume-Uni de la liste des pays produisant du contenu “européen”. Or, les diffuseurs et plateforme de streaming doivent remplir un quota de contenu européen, et s’appuient en partie sur un catalogue britannique bien étoffé — 28% de leurs investissements, contre 21% pour le contenu allemand et 15% pour les productions françaises. Netflix, Disney+ et consorts devront peut-être se reporter vers d’autres créations continentales…


AUSSI À L’AGENDA


Emmanuel Macron préside à 14 heures une réunion “économie de guerre”. Le chef de l’Etat préside un dîner de travail sur le sommet “nouveau pacte financier”.


Elisabeth Borne reçoit les présidents des deux chambres parlementaires, Yaël Braun-Pivet et Gérard Larcher.


A 10 heures, Roland Lescure et Clément Beaune participent à la conférence inaugurale du salon de l’innovation du transport et de la logistique. Agnès Firmin Le Bodo s’entretient avec le professeur Michel Lejoyeux, président de la Commission nationale de psychiatrie. A 11 heures, la ministre rencontre Pierre Pribile, secrétaire général des ministères sociaux, et à 12 heures, Manon Morel, présidente de la fédération nationale des étudiants en sciences infirmières.


Assemblée nationale : En séance publique à 9 heures, questions orales sans débat. A 15 heures puis 21h30, questions au gouvernement, vote en première lecture du projet de loi Jeux olympiques puis discussion de plusieurs PPL dont celle sur la lutte contre les arnaques et les dérives des influenceurs sur les réseaux sociaux. La commission d’enquête relative aux ingérences étrangères auditionne à 16 heures Thierry Mariani, député européen. A 17h30, la commission des affaires européennes auditionne Bruno Le Maire. La commission développement durable examine à 17h30 la proposition de loi relative à l’interdiction de toute forme de publicité numérique et lumineuse dans l’espace public et à 21h30, la proposition de loi visant à interdire les vols en jets privés.


Sénat : La commission d’enquête pénurie de médicaments auditionne à 13h30 des représentants des laboratoires et entreprises pharmaceutiques.


FNSEA : Ouverture du 77e Congrès à Angers.


MATINALES


7h30. Public Sénat : Hélène Conway-Mouret, sénatrice PS représentant les Français établis hors de France.


7h40. France 2 : Sébastien Chenu, député RN du Nord … RTL : Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat … RMC : Frédéric Souillot, secrétaire général de FO.


7h45. Radio J : Florence Berthout, maire LR du 5e arrondissement de Paris.


7h50. France Inter : Laurent Nunez, préfet de police de Paris … France Info : Gilles Le Gendre, député Renaissance de Paris.


8h00. Public Sénat : Sylvain Maillard, vice-président du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, député de Paris.


8h15. Europe 1 : Fabien Roussel, député PCF du Nord … France 2 : Jean-Claude Samouiller, président d’Amnesty France … Sud Radio : Boris Vallaud, député PS des Landes … Radio Classique : Anne-Charlène Bezzina, maître de conférences en droit public … BFM Business : Laurence Devillers, professeure à Paris-Sorbonne.


8h20. France Inter : Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT … RFI : Annie Genevard, députée LR du Doubs.


8h30. France Info : Olivier Faure, premier secrétaire du PS… BFMTV/RMC : Mathilde Panot, députée LFI du Val-de-Marne … LCI : Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne.


CARNET


AUJOURD’HUI DANS PARIS INFLUENCE : La PPL EDF bientôt recadrée par le Sénat … Les influenceurs signent et lisent après … Sapin, Montebourg et les autres. C’est à 7h30 pour nos abonnés POLITICO Pro.


Un grand merci à : Antoine Comte, Océane Herrero et Paul de Villepin, nos éditeurs Jules Darmanin et Pauline de Saint Remy, Martin Lagrave pour la veille et Grace Stranger pour la mise en ligne.


**Un message de Universcience: Comment les Français voient-ils et pratiquent-ils les sciences ? Quels médias utilisent-ils pour s’informer ? Que pensent-ils de la crise climatique ? Font-ils plus confiance aux chercheurs, aux responsables politiques, aux responsables religieux ou aux influenceurs ? Pour se forger leur opinion, s’appuient-ils plutôt sur leurs intuitions ou sur l’avis d’autrui ? Afin de répondre à ces questions, Universcience vous présente la deuxième édition de son Baromètre de l’esprit critique, réalisé par OpinionWay. Cette année, retrouvez-y également les réponses de la population britannique et le comparatif entre les deux pays. #BaromètreEspritCritique**


ABONNEZ-VOUS aux newsletters de POLITICO (en anglais): Brussels Playbook | London Playbook | London Playbook PM | Playbook Paris | POLITICO Confidential | Sunday Crunch | EU Influence | London Influence | Digital Bridge | China Direct | Berlin Bulletin | D.C. Playbook | D.C. Influence | Global Insider | POLITICO Pro newsletters