Playbook Paris: Macron en interview prandiale — Loi immigration saucissonnée — La majo et sa droite

Playbook Paris: Macron en interview prandiale — Loi immigration saucissonnée — La majo et sa droite
Опубликовано: Wednesday, 22 March 2023 06:19

Présenté par Meta




Par ANTHONY LATTIER


Avec ELISA BERTHOLOMEY


PRÉSENTÉ PAR


Meta

Envoyez vos infos | Abonnez-vous gratuitement | Voir dans le navigateur


Bonjour à toutes et à tous, très bon réveil, nous sommes mercredi 22 mars 2023. Gérald Darmanin a un plan pour sauver, autant qu’il le peut, sa loi immigration. Le ministre de l’Intérieur songe à découper le texte en plusieurs morceaux, a appris Playbook hier en début de soirée.


Saucissonnage. La partie consensuelle (le volet sur la simplification du droit) serait conservée dans un projet de loi ; les parties plus crispantes, comme le durcissement des reconduites à la frontière ou la facilitation des régularisations pour les “métiers en tensions”, feraient elles l’objet d’une ou plusieurs propositions de loi, portées par la majorité voire l’opposition. “Il faut que l’on trouve des compromis”, insistait un conseiller de l’exécutif.


Le projet de loi devait être débattu dès mardi prochain au Sénat, après son adoption en commission. Mais le Parlement se priverait bien d’un nouveau sujet de baston après les semaines de tension passées sur les retraites. Début mars déjà, une poignée de députés Renaissance s’était émue à l’idée de débattre d’un texte aussi clivant juste après la réforme des retraites (Playbook vous en parlait ici). Depuis la douloureuse séquence du 49.3, plusieurs ministres, élus et conseillers s’étaient épanchés auprès de votre infolettre sur la nécessité, a minima, d’un report.


Changement de programme. Gérard Larcher himself a plaidé, lors de son déjeuner avec le chef de l’Etat et Yaël Braun-Pivet hier midi, pour qu’il soit retiré de l’agenda de la chambre haute, a appris votre infolettre. “On sort d’un moment parlementaire éprouvant, rentrer dans un texte comme ça n’est pas très apaisant”, euphémisait un pilier du palais du Luxembourg, joint hier après-midi.


Officiellement, rien n’est encore acté, nous certifiait-on au gouvernement hier. Mais par texto, un conseiller ministériel résumait l’avenir du texte d’un lapidaire “Finito”.


**Un message de Meta: Avec le métavers, les élèves pourront utiliser la réalité virtuelle pour rendre visite aux mammouths laineux de la période glaciaire, et apprendre en immersion pour mieux comprendre l’histoire de la Terre.**


C’EST AUJOURD’HUI


ALLO LES TERRITOIRES ? Emmanuel Macron s’exprimera tout à l’heure dans les journaux de 13 heures de TF1 et de France 2, deux jours après le rejet ric-rac d’une motion de censure contre son gouvernement. Le chef de l’Etat répondra aux questions de Marie-Sophie Lacarrau et Julian Bugier.


Petites déclas en équilibre. Un choix d’émission présenté par l’Elysée comme celui “des territoires” (comprenez : la province) et du “contradictoire” (comprenez : des questions). Les deux éléments de langage ont fait soupirer jusqu’à certains ministres à qui ils ont été communiqués hier juste avant leur passage en matinales, a ouï dire Playbook.


Objectif de cette prise de parole prandiale : “calmer le jeu”, nous indiquait hier un communicant du gouvernement. N’allez donc pas vous attendre à de grandes annonces ou à la redéfinition précise d’un nouveau cap, Macron préfèrant temporiser. Le président a informé ses troupes hier matin à l’Elysée de sa volonté de prendre quelques semaines de réflexion (il a toutefois donné quelques indices hier soir, comme nous vous l’expliquons plus bas). Dans l’immédiat, il a décidé qu’il n’y aura ni retrait de la réforme des retraites, ni remaniement à court terme, ni dissolution de l’Assemblée nationale, ni référendum.


RELEVEZ-VOUS. Avant cette expression publique, Emmanuel Macron a tenté hier soir de panser les plaies d’une majorité à peine remise de la séquence de lundi. Et de lui donner des raisons d’y croire encore.


Le 49.3, c’est ok. Le président faisait face à 300 parlementaires de la majorité, réunis dans la salle des fêtes du Palais pour un huis clos tout relatif, tant la presse fut arrosée de citations et de photos. Sans surprise, Emmanuel Macron a justifié l’usage du 49.3 pour faire passer le texte sur les retraites, expliquant que le gouvernement avait été “respectueux des institutions” en “utilis[ant] la Constitution”, a rapporté l’Elysée. “En démocratie, ça n’est pas parce qu’un texte passe à très peu de voix qu’il est illégitime”, a argumenté le chef de l’Etat.


Emporté par la foule. A propos des rassemblements et des confrontations entre manifestants et force de l’ordre ces derniers jours, Macron a dénoncé l’absence de “légitimité” de la “foule” face aux élus du peuple. Mais alors que cette citation commençait à enflammer les réseaux sociaux, plusieurs participants à la sauterie élyséenne se sont empressés de préciser à votre infolettre que le chef de l’Etat faisait référence “à la foule des casseurs”. “Il parlait des émeutes”, renchérissait un député Renaissance. On verra comment le message est passé sur les pancartes des grévistes jeudi.


Peut mieux faire. Selon un député MoDem présent, le chef de l’Etat a fait un “petit mea culpa” en expliquant, en substance, que l’exécutif n’avait pas réussi à convaincre de la nécessité de la réforme des retraites. Il a aussi reconnu, sous la forme d’un euphémisme, ne pas avoir “réussi à partager la contrainte avec des forces politiques et des forces sociales.”


Vers la suite. Macron a dit vouloir avancer sur “trois progrès majeurs pour les Français : la santé, l’école et l’écologie”, citant le projet de loi industrie verte en construction. Il a aussi évoqué le dossier de la fin de vie. Il a enfin présenté la future loi travail, attendue au printemps, comme un complément nécessaire à la réforme des retraites pour “penser” les fins de carrières, les carrières hachées ou les carrières longues. Il a demandé à la Première ministre “de réorganiser le travail du gouvernement” en ayant le souci d’”apaiser”, de “calmer”, et d’”écouter les colères”.


Mais comment faire passer les futurs textes ? “Il nous a demandé de travailler avec les oppositions”, nous racontait le même participant cité plus haut, précisant que Macron avait cité les députés LR mais aussi les socialistes et les écologistes. Le chef de l’Etat a aussi appelé “les cabinets ministériels à travailler beaucoup plus avec les parlementaires de la majorité.”


**N’attendez pas le lundi pour savoir ce qui se passe dans le monde politique avec Dimanchissime, l’édition hebdomadaire de Playbook Paris. Avec des décryptages pointus et un aperçu des dossiers essentiels à venir, vous serez en avance pour votre semaine. Vous le recevrez gratuitement dès le 26 mars.**


LES POTES DE DROITE


PHILIPPE RÉSOLU. Comme Macron, Edouard Philippe plaide lui aussi pour ouvrir le jeu politique, à la fois en direction des LR qui n’ont pas voté la censure et des “élus de la gauche qui ne se retrouvent pas dans la Nupes”. C’est ce qu’explique le président d’Horizons dans Le Figaro ce matin.


Le revoilou. Philippe, qui ne s’était pas exprimé sur la réforme des retraites depuis début février, appelle le président à prendre “une initiative politique” et à ne pas choisir “l’immobilisme”. Pour l’ancien Premier ministre, qui était présent à la réunion d’hier à l’Elysée, “l’option du statu quo au nom de l’apaisement est à proscrire”.


Merci mais non merci. A la question de savoir s’il serait prêt à revenir à Matignon si on le lui proposait, Philippe, qui s’exprimera samedi lors du Congrès de son parti, rappelle ses ambitions : “Je ne pense pas […] que l’on prépare bien l’avenir en revenant en arrière.”


TIENS BON LA VAGUE. Que pense-t-on à LR de ces velléités d’élargissement ? Julien Aubert a une petite métaphore pour nous éclairer. Devant les membres du Conseil stratégique du parti, réunis hier au siège, le vice-président s’est mis à expliquer à l’assistance l’effet de “succion” que l’on observe lors d’un naufrage, que les voileux parmi vous connaissent sans doute aussi : un bateau qui coule aspire vers le fond ce qu’il y a autour. Plus le bateau est gros, plus l’effet est fort.


Glou-glou. Faisant référence à un manuel de survie en mer, l’ex-député rappellait la règle élémentaire à suivre en pareilles circonstances : nager le plus loin possible du navire. Traduction : la Macronie est en train de couler et nous emporte vers le fond.


Une parabole du Titanic en forme de mise de garde à ceux qui appellent à LR à former une coalition avec le gouvernement pour sortir de l’impasse. Cette position a été défendue hier par Jean-François Copé et Philippe Juvin. Si la réunion a permis à chacun de régler ses comptes (à lire ici ou là), elle n’a débouché ni sur des décisions stratégiques, ni sur des sanctions ou des exclusions contre ceux qui ont voté la censure du gouvernement. Tout le monde reste pour le moment sur le même esquif.




AUSSI À L’AGENDA


Emmanuel Macron est interviewé à l’Elysée au journal de 13 heures de TF1 et France 2.


Olivier Dussopt s’entretient à 17 heures avec François Sauvadet, président de départements de France. A 18 heures, Sylvie Retailleau inaugure à Paris le nouveau siège de l’Agence spatiale européenne (ESA). Agnès Firmin Le Bodo rencontre à 11 heures le Docteur Masseron, président de SOS Médecins France, et Nathalie Nion, cadre à l’AP-HP. Elle reçoit à 14 heures le Docteur Pascal Gendry, président d’AVECsanté.


Olivier Klein enchaîne les entretiens avec : Jean-Marie Tritant, président du directoire d’Unibail-Rodamco-Westfield, Mathieu Maucort, délégué interministériel à la jeunesse, Anne-Sophie Grave, présidente du directoire de CDC Habitat et Nicolas Revel, directeur général de l’AP-HP. Sarah El Haïry rencontre à 8h30 Julien Grenet, professeur à Paris School of Economics et directeur de recherche CNRS au ministère des Armées. Elle s’entretient à 16h15 avec François Patriat, sénateur de la Côte d’Or. Dominique Faure reçoit Frédéric Bierry, président de la collectivité européenne d’Alsace.


Assemblée nationale : En séance publique à 15 heures et 21h30, discussion du rapport de la CMP sur les relations commerciales entre fournisseurs et distributeurs. Suite de la discussion du projet de loi Jeux olympiques. Discussion du rapport de la CMP visant à ouvrir le tiers-financement à l’État, à ses établissements publics et aux collectivités territoriales pour favoriser les travaux de rénovation énergétique.


La commission défense auditionne à 9 heures le Général Marco Buscemi, attaché de défense auprès de l’ambassade d’Italie à Paris et à 10 heures Dimitrios Zevelakis, ambassadeur de Grèce en France. La commission des finances auditionne à 9 heures Gabriel Zucman, professeur associé à l’Université de Berkeley, sur l’évasion et la fraude fiscale. A 11 heures, Pascal Bellemin, président de l’Afigese et Bertrand Manin, copilote du groupe de travail dette. La commission d’enquête relative aux ingérences étrangères auditionne à 15 heures Rachid M’Barki, journaliste à BFM TV. Les commissions développement durable et finances auditionnent à 17 heures Bruno Le Maire et Clément Beaune. La commission des affaires étrangères organise un débat à 11 heures avec une délégation de la commission des affaires étrangères du Bundestag.


La commission des affaires sociales auditionne à 15h30 Patrick Dehaumont, dont la nomination en qualité de président du conseil d’administration de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail est envisagée.


Sénat : En séance publique à 15 heures, questions au gouvernement. A 16h30 et 21h30 : débat à la suite du dépôt du rapport public annuel de la Cour des comptes.


A 9h30, la commission des affaires économiques auditionne Xavier Niel. La commission aménagement du territoire auditionne Matthieu Chabanel, PDG de SNCF Réseau.


PCF : “Avec Vous sans tabou”, poursuite du tour de France de Fabien Roussel à la rencontre des salariés et de la population en Corse.


MATINALES


7h20. RFI : Olivier Dubois, journaliste et ex-otage au Mali.


7h30. Public Sénat : Gérard Longuet, sénateur LR de la Meuse.


7h40. France 2 : Manuel Valls, ancien Premier ministre … RTL : Corinne Lhaïk, journaliste … RMC : Jean-Luc Chauvin, président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Aix-Marseille-Provence.


7h45. Radio J : Stéphane Viry, député LR des Vosges.


7h50. France Inter : Olivier Marleix, président du groupe LR à l’Assemblée nationale … France Info : Julien Odoul, député RN de l’Yonne.


8h00. Public Sénat : Boris Vallaud, président du groupe PS à l’Assemblée nationale.


8h15. Europe 1 : Gilles Le Gendre, député Renaissance de Paris … CNEWS : Thibault de Montbrial, avocat … France 2 : Kahina Bahloul, première femme imame en France … Sud Radio : Laure Lavalette, députée RN du Var … Radio Classique : Eric Le Boucher, journaliste … BFM Business : Philippe Brassac, président de la FBF.


8h20. France Inter : François Gemenne et Emma Haziza, membre du Giec et hydrologue … 8h30. France Info : François Bayrou, Haut-commissaire au plan … BFMTV/RMC : Sandrine Rousseau, députée EELV de Paris… LCI : François Ruffin, député LFI de la Somme.


CARNET


AUJOURD’HUI DANS PARIS INFLUENCE : Le PNF met son nez dans l’affaire BFMTV … Le registre européen de la transparence fait des siennes … PPL Influenceurs : que le grand ménage commence ! C’est à 7h30 pour nos abonnés POLITICO Pro.


DANS LE JORF : Mélissa Ramos est nommée conseillère hébergement au cabinet d’Olivier Klein.


ANNIVERSAIRES : Fabien Genet, sénateur LR de la Saône-et-Loire. Patrick Chaize, sénateur LR de l’Ain.


Un grand merci à : nos éditeurs Jules Darmanin et Pauline de Saint Remy, Martin Lagrave pour la veille et Grace Stranger pour la mise en ligne.


**Un message de Meta: Certains pensent que le métavers n’est qu’un monde virtuel. Mais un jour, les élèves pourront savoir à quoi ressemblait la période glaciaire il y a des dizaines de milliers d’années, en rendant visite aux mammouths laineux dans leur habitat. Les pompiers utiliseront la réalité augmentée pour s’’orienter dans les bâtiments en feu et gagner de précieuses secondes quand des vies seront en jeu. Et les médecins des urgences utiliseront des lunettes de réalité augmentée pour lire des scanners et prendre des décisions plus rapidement. Même si le métavers est virtuel, son impact sera réel. Découvrez les possibilités qu’offre le métavers.**


ABONNEZ-VOUS aux newsletters de POLITICO (en anglais): Brussels Playbook | London Playbook | London Playbook PM | Playbook Paris | POLITICO Confidential | Sunday Crunch | EU Influence | London Influence | Digital Bridge | China Direct | Berlin Bulletin | D.C. Playbook | D.C. Influence | Global Insider | POLITICO Pro newsletters