Playbook Paris: Quand le chef n’est pas là — Pékin Express — Petits plagiats entre ennemis

Playbook Paris: Quand le chef n’est pas là — Pékin Express — Petits plagiats entre ennemis
Опубликовано: Friday, 07 April 2023 05:22

Le briefing politique essentiel du matin.




Par ELISA BERTHOLOMEY


Envoyez vos infos | Abonnez-vous gratuitement | Voir dans le navigateur


Bonjour à toutes et à tous, bon réveil, nous sommes vendredi 7 avril 2023. Ce week-end de Pâques s’annonce plutôt ensoleillé quoique un peu frisquet le matin, un temps idéal pour éviter que le chocolat ne fonde. Si le repas s’éternise dimanche, n’hésitez pas à jeter un œil à Dimanchissime, vers 17h30 — notre collègue Antoine Comte sera sur le pont pascal. Votre infolettre ne paraîtra pas lundi, mais dès mardi, Playbook revient ! Playbook revient ! Playbook revient parmi les tiens. Bon week-end !


L’APRÈS-RETRAITE


QUAND LE CHEF N’EST PAS LÀ… Un dîner réunissant quelques membres du cabinet du président s’est tenu mercredi soir à l’Elysée, tandis qu’Emmanuel Macron passait sa première nuit en Chine, a appris Playbook hier. Autour du secrétaire général du Palais, Alexis Kohler : son adjoint, Pierre-André Imbert, le conseiller politique Grégoire Potton ou encore le conseiller élus locaux, Jean-Marie Caillaud. Mardi, le même Kohler dînait avec Ismaël Emelien, l’ex-conseiller élyséen, un temps présenté comme la “boîte à idées” du chef de l’Etat.


Limage de cervelle. Ces agapes studieuses visaient à “mettre le cab’ en mode ‘projet’ ou ‘réflexion’”, selon les mots d’un stratège joint par votre infolettre hier. Plus précisément : à penser l’après décision du Conseil constitutionnel sur la réforme des retraites, attendue vendredi prochain, avant une prise de parole possible du chef de l’Etat “autour du 17 avril”, d’après trois conseillers sollicités par Playbook.


Laulau party. La date du vendredi 14 avril est effectivement marquée d’une croix rouge dans tous les agendas ministériels et parlementaires. À tel point que quelques voix invitent à ne pas en faire l’alpha et l’omega de la séquence. “Il ne faut pas laisser penser que le gouvernement est dans la main du Conseil, il faut refuser de tout miser sur ce calendrier, sinon c’est la fête à Fabius”, poursuivait notre stratège cité plus haut, selon qui “cela n’empêche pas de communiquer sur un certain nombre de choses, pas forcément au niveau du président, mais de la Première ministre ou des ministres…”


CONSULTADOR. Puisiqu’on parle d’elle, Elisabeth Borne pourrait “énoncer dès le lendemain du week-end de Pâques les sujets nouveaux qu’elle entend mettre sur la table”, à en croire le Figaro ce matin. Pas de prise de parole prévue, précisait néanmoins son cabinet hier soir, nous assurant par texto que la semaine prochaine lui servira à… poursuivre ses consultations. Borne recevra d’ailleurs les représentants du RN mardi et présidera une grande réunion avec les élus locaux mercredi.


Avancer ses pions. La PM pourrait bien, de fait, mettre les jours qui restent à profit pour distiller “quelques trucs”, croyait savoir un ministre joint par Playbook dans la soirée. Sur la jeunesse par exemple, avec des mesures claires et nettes — le Parisien évoque ce matin l’abaissement de l’âge pour obtenir son permis à 17 ans — ou bien sur la planification écologique. Une réunion à ce sujet avec les ministres concernés doit se tenir à Matignon mercredi.


Maintenant faut que ça bouge. A défaut de marquer les esprits avec une ou des annonces, la cheffe du gouvernement devra “arriver à montrer un élargissement, à scénariser le fait qu’elle peut obtenir des bougés politiques”, analysait un conseiller de l’exécutif pour qui la réunion avec les élus locaux de mercredi offrirait un théâtre adéquat.


PÉKIN EXPRESS


STATU QUO. Au deuxième jour de sa visite en Chine, Emmanuel Macron n’est pas parvenu à faire évoluer les positions de Pékin sur l’invasion russe en Ukraine. Le chef de l’Etat était pourtant arrivé mercredi avec l’ambition de pousser Xi Jinping à user de son influence pour mettre fin au conflit, en dénonçant notamment l’installation des missiles nucléaires en Biélorussie.


Lors de la conférence de presse commune au Grand Palais du Peuple, le président chinois a maintenu ses précédentes déclarations sur la question, racontent nos collègues Clea Caulcutt, Jamil Anderlini et Stuart Lau. “Toutes les parties” ont des “préoccupations raisonnables en matière de sécurité”, a ainsi déclaré Xi sans jamais citer la Russie, ni employer le mot guerre. “La Chine est disposée à lancer un appel conjoint avec la France à destination de la communauté internationale, pour qu’elle reste rationnelle et calme”, a-t-il ajouté.


ATTENTION À LA GAFFE. Auparavant, l’entretien privé entre les deux hommes s’était plutôt bien déroulé, un conseiller élyséen le qualifiant de “franc et constructif”. Xi Jinping s’est même dit prêt à appeler Volodymyr Zelensky “le moment venu”. Mais deux ratés sont à déplorer côté français.


Oups. Le premier touche à la signature d’accords commerciaux. Le gouvernement chinois a approuvé l’achat de 160 Airbus. Une bonne nouvelle, certes, mais qui s’inscrit dans le cadre d’un accord de 36 milliards d’euros déjà annoncé par l’avionneur l’année dernière. Ces informations contredisent une source de l’Elysée, qui avait affirmé auparavant qu’une nouvelle vente était en cours de négociation.


Pas de chichis, Xi. Le second couac a eu lieu durant la conférence de presse. Alors que le leader chinois a soigneusement lu ses déclarations, Emmanuel Macron a parlé deux fois plus longtemps que son hôte. Un faux pas diplomatique qui n’a pas échappé à l’entourage de Xi Jinping, ni à nos collègues sur place. Xi a lui-même semblé impatient et agacé pendant le discours, allant jusqu’à pousser plusieurs profonds soupirs. Il est aussi apparu quelque peu mal à l’aise lorsque Macron s’est adressé directement à lui, tout en semblant improviser sur la guerre en Ukraine et leur responsabilité commune de maintenir la paix.


DIVIDE ET IMPERA. Toujours est-il qu’Emmanuel Macron a eu le droit à un traitement plutôt favorable et a été reçu avec le faste d’une visite d’Etat, ce qui n’est pas toujours gagné en Chine. On ne peut pas en dire autant de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, elle aussi du voyage et accueillie par le ministre de l’Ecologie à la sortie de l’aéroport. Une stratégie tout à fait calculée par Pékin, dont les médias d’Etat décrivent la cheffe de l’exécutif européen comme étant subordonnée aux intérêts américains. Certains messages de propagande vont jusqu’à reprocher à Macron d’avoir ramené Von der Leyen dans ses valises. Un autre article à lire, par nos collègues envoyés à Pékin.


**Rejoignez-nous le 25 avril à l’événement de POLITICO Live "Breaking barriers in innovation and access: can the pharma legislation do it all?" pour une franche discussion sur la façon dont laquelle l’Europe peut améliorer l’accès à l’innovation dans le secteur de la santé. Inscrivez-vous maintenant pour garantir votre place !**


PLAYBOOK EXPRESS


ONZIÈME JOURNÉE. 570 000 manifestants ont défilé hier dans tout le pays contre la réforme des retraites, selon le ministère de l’Intérieur. Deux millions, selon les syndicats. C’est moins que le 28 mars dernier où 740 000 personnes avaient manifesté, d’après Beauvau, et “plus de deux millions”, selon les syndicats. 154 personnes ont été blessées parmi les forces de l’ordre, d’après Gérald Darmanin dans la soirée, précisant que 111 interpellations ont eu lieu. Un collectif de secouristes militants dit avoir recensé 110 blessés, dont 12 graves.


CTRL-C, CTRL-V. C’est à croire que les mésaventures de la PPL ruralité (narrées dans Playbook ici et là) ont donné des idées facétieuses aux sénateurs socialistes. Le groupe a déposé une proposition de résolution (PPR) “exprimant la dénonciation par le Sénat des violences commises par l’ultra-droite sur le territoire national” après les événements de Sainte-Soline. Jusqu’ici, rien de surprenant. sauf que la PPR socialiste reprend quasiment mot pour mot… la PPR du sénateur LR Bruno Retailleau “exprimant la gratitude et la reconnaissance du Sénat aux membres des forces de l’ordre déployés sur tout le territoire national”. Du bon trolling, dans les règles de l’art.


AUSSI À L’AGENDA


Emmanuel Macron se rend à l’Université Sun Yat-Sen de Canton à 7h45 pour échanger avec des étudiants. A 10h30, il dîne avec XI Jinping et s’entretient ensuite avec des investisseurs chinois à Institut des Arts d’Orient.


Elisabeth Borne se rend dans l’Aveyron pour échanger avec des professionnels de santé en présence de François Braun et d’Agnès Firmin-Le Bodo. A 9h40, ils se rendent à la maison de santé rurale de Salles-Curan. A midi, ils visitent le centre hospitalier de Rodez.


Gérald Darmanin se rend à la caserne de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris de Champerret à 10 heures pour une cérémonie d’hommage au caporal Brice Caron, mort en intervention le 29 mars en Guyane. Sylvie Retailleau et Amélie Oudéa-Castéra se rendent à 9 heures à la Cité internationale universitaire de Paris dans le cadre du cycle d’impulsion politique et de coordination stratégique (IPCS) dédié à la pratique sportive étudiante. La ministre de l’enseignement supérieur s’entretient à 15 heures avec Valérie Cabuil, présidente de la Conférence des recteurs, et les recteurs délégués à l’enseignement supérieur.A 14h30, il visite le CHU et la Maison des Femmes de Tours. Jean-Christophe Combe est en déplacement à Angers dans le cadre des travaux du Conseil national de la Refondation sur le service public de la petite enfance. A 9 heures, Jean-Noël Barrot est à la réunion de restitution du travail de l’initiative “French Tech Finance Partners” en présence de Clara Chappaz, directrice de la Mission French Tech. Chrysoula Zacharopoulou participe à 11h30 à la 29e cérémonie de commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda aux côtés d’Anne Hidalgo et d’Anne Azoulay, DG de l’UNESCO.


Assemblée nationale : à 9 heures, la mission d’information sur les enjeux migratoires auditonne Éric Jalon, directeur général des étrangers en France.


PCF : premier jour du 39e Congrès à Marseille.


Nouvelle-Calédonie : réunions bilatérales avec le FLNKS, partisan de l’indépendance, et l’Etat à Paris.


Samedi : PCF : suite du 39e congrès national, à Marseille.


LFI : conférence de l’institut La Boétie à 15 heures, David Harvey : La géographie du capital.


Dimanche : PCF : suite du 39e congrès national, à Marseille.


MATINALES


7h30. Public Sénat : Dominique Vérien, sénatrice UC de l’Yonne.


7h40. France 2 : Olivier Klein, ministre du logement … RTL : Franck Couderc, directeur camping les Flots Bleus … RMC : Mathieu Valet, , porte-parole du syndicat indépendant des commissaires de police.


7h50. France Info : Marc Ferracci, député Renaissance des français établis hors de France.


8h15. Europe 1 : Franck Riester, ministre des relations avec le Parlement … CNEWS : Thibault de Montbrial, président du centre de réflexion sur la sécurité intérieure … France 2 : Laurent Nunez, préfet de police de Paris … Sud Radio : Michel Onfray, philosophe … Radio Classique : Marc Lomazzi, journaliste … BFM Business : Philippe Baptiste, président du CNES.


8h20. France Inter : Raphaël Glucksmann, député européen S&D … 8h30. France Info : Nom, fonction… BFMTV/RMC : Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT… LCI : Anne Nivat, journaliste.


**La Commission européenne dévoilera dans quelques semaines la révision tant attendue de la législation pharmaceutique de l’Union européenne. Dans ce contexte POLITICO organise un débat le 4 mai prochain avec des décideurs politiques européens et des experts de la santé pour évaluer si l’Europe est sur la bonne voie afin de prévenir une future pénurie de médicaments. Inscrivez-vous ici pour en savoir plus!**


CARNET


ANNIVERSAIRES : Bruno Fuchs, député MoDem du Haut-Rhin … Elisabeth Doineau, sénatrice UC de la Mayenne … Paul-Toussaint Parigi, sénateur EST de la Haute-Corse … Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l’Ecologie … Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis.


Samedi : Maryse Carrère, sénatrice RDSE des Hautes-Pyrénées … Nicolas Mayer-Rossignol, maire PS de Rouen … Patrick Mennucci, ancien député … Pascal Lamy, ancien directeur de l’OMC.


Dimanche : Françoise Dumont, sénatrice LR du Var … Christophe Blanchet, député MoDem du Calvados … Michel Sapin, ancien ministre de l’Economie … Yamina Benguigui, ancienne ministre déléguée à la Francophonie … Christophe Grudler, député européen MoDem … Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports


Un grand merci à : Clea Caulcutt, Jamil Anderlini et Stuart Lau, nos éditeurs Jules Darmanin et Pauline de Saint Remy, Martin Lagrave pour la veille et Fiona Lally pour la mise en ligne.


ABONNEZ-VOUS aux newsletters de POLITICO (en anglais): Brussels Playbook | London Playbook | London Playbook PM | Playbook Paris | POLITICO Confidential | Sunday Crunch | EU Influence | London Influence | Digital Bridge | China Direct | Berlin Bulletin | D.C. Playbook | D.C. Influence | Global Insider | POLITICO Pro newsletters